1. Présentation d’Hal & Cole

1.1. Les valeurs

Dans le cadre de notre programme, nous avons déterminé les valeurs qui nous semblaient les plus représentatives de la ligne pédagogique et de l’orientation éducative que nous avons choisie:

  • Respect
  • Ethique
  • Liberté

Ces valeurs, découlant d’un choix d’équipe, nous servent de base de référence, de fil conducteur commun pour préciser nos actes et nos objectifs. Elles nous permettent d’envisager un code déontologique et est l’image identitaire de notre structure.

Le respect

Le respect se définit par le sentiment qui porte à traiter quelqu’un, quelque chose avec de grands égards. En d’autres termes, c’est la reconnaissance de la qualité ou du bien-fondé de quelqu’un ou de quelque chose.

Fondement basique de la paix personnelle et sociale, c’est une valeur que nous voulons transmettre aux enfants pour qu’elle les suive durant toutes les étapes de leur vie.

Le respect, avant de pouvoir être exigé des autres, doit exister envers soi-même. A l’instar de ce principe, il nous semble essentiel de transmettre aux enfants le respect des personnes, des autres êtres vivants, de l’espace de vie et de la propriété d’autrui. Ainsi, la notion de respect inclut les règles de savoir-vivre et de savoir-être qui régissent le comportement social

Au sein de notre structure, tout membre de l’équipe accueille et accepte chacun : enfant, famille, collaborateur, dans un esprit d’ouverture et sans jugement de valeur.

L’éthique

L’éthique est l’ensemble des règles de conduite relatives à la morale…  Ainsi donc, tout ce qui concerne l’enfant et sa famille doit être abordé par l’équipe éducative sans a priori et jugement critique néfaste qui risquerait de fausser une approche se voulant la plus objective et la plus crédible possible.

Dans le cadre des relations interpersonnelles tant auprès de l’enfant que de son vis-à-vis, chacun des membres de l’équipe doit porter également en lui tout un ensemble de valeurs qui se concrétisent tant dans sa façon d’être que dans son propre agir. Il doit être une sorte « d’éveilleur » qui fait prendre conscience et qui conduit dans la finalité d’un mieux, d’un plus.

La liberté

Si l’on se réfère au dictionnaire, la liberté est l’aptitude d’agir selon sa volonté en fonction des moyens dont on dispose et sans être entravé par le pouvoir d’autrui.

L’autonomie constitue donc un accès à la liberté impliquant toutefois des responsabilités et des obligations. Les enfants peuvent penser, agir et s’exprimer selon leurs propres choix et en fonction des règles sociales et environnementales établies.

Dans la mesure du possible, l’équipe éducative laisse ainsi à chacun l’opportunité d’exprimer son identité propre, ses sentiments et émotions, d’exprimer ses limites, ses besoins spécifiques ainsi que ses choix personnels.

1.2. Former des citoyens «éthiques»

L’être humain se caractérise par sa propension à donner du sens au milieu où il vit. Ce milieu est le monde. Lorsqu’on passe du support au monde, dit Paolo Freire, on passe du même coup de l’indifférence à la responsabilité : c’est alors que naît l’attitude éthique.

Une personne éthique est quelqu’un qui, ayant pris conscience de son impact sur le monde, décide d’agir en conséquence, y compris dans sa relation à l’autre, c’est-à-dire en surveillant son comportement de manière à ce qu’il soit dominé par la justice et l’attention attentive portée aux choses et à ses semblables. L’enseignant n’y échappe pas ; son cas peut paraître particulier, car enseigner exige un équilibre entre l’autorité et la liberté

1.3. Former des citoyens «Libres»

Le premier rôle de l’éducateur est-il de tirer l’élève d’un premier état de la curiosité (« curiosité ingénue ») vers un second état de la curiosité qui sera méthodique. Il ne s’agit jamais de faire croire à l’élève que le savoir lui sera donné clefs en main et une fois pour toute, pour ainsi dire, mais au contraire de le maintenir dans un processus de recherche de plus en plus qualitatif. La curiosité est pour Freire un phénomène vital dont il faut s’assurer de la permanence, afin que l’élève finisse par comprendre que le futur (et donc l’Histoire) est une construction : «le monde n’est pas. Le monde est en train d’être […]

Le mot «rébellion» ne lui fait pas peur, ni l’élève qui s’en saisit. «Jamais l’autorité, dit-il, ne voit dans la rébellion un signe de la détérioration de l’ordre». C’est que pour lui la rébellion n’est pas le signe de la fin d’un ordre, mais celui de l’inquiétude de l’élève face au monde nouveau qu’il découvre. C’est le devoir d’un enseignant que de répondre à cette inquiétude, quelle que soit la forme qu’elle prend.

1.4. Former des citoyens «Autonomes»

L’éducateur est exemplaire lors qu’il donne à voir son courage intellectuel ; il doit savoir «se mouiller». Sa tâche ne consiste pas à transférer du savoir, mais à «créer la possibilité de production ou de construction» de ce savoir. En somme il s’agit de faire comprendre à l’élève comment faire pour parvenir à répondre aux questions que l’on se pose.

La curiosité méthodique, c’est le fait de savoir orienter ses recherches. Ce passage d’une curiosité banale à une curiosité scientifique ne se fait pas de manière automatique. On peut dire que pour Freire, il est insensé de chercher à faire de l’élève le sujet de son apprentissage en le traitant comme un objet dans lequel on coule du contenu scolaire.

Cette attitude facile et destructrice de la volonté personnelle est nommée «bancarisme» par le pédagogue. Il y a pour lui une différence de taille entre le «professeur .bancaire» et le «professeur problématiseur». Le premier produit un élève passif ; le second cherche au contraire à.se servir de l’inquiétude et de la curiosité innée de ce dernier afin de  le mener vers une compréhension de la façon d’apprendre. Vers une attitude critique, donc, et de là, à son autonomie. Quel est le sens, semble-t-il vouloir dire, d’une éducation qui cherche à mater l’élève ? Est-ce pour lui ou pour l’élève que l’enseignant s’engage dans son domaine ?

< Page précédenteRetour au sommaire du programme pédagogique | Page suivante >

Image qui suit la souris