3. Les devoirs accompagnées - DAC

La pédagogie sociale prônée à Hal & Cole est une méthode de travail qui s'envisage dans une relation de confiance mutuelle. Elle s'articule autour d'une réelle prise en charge par les enfants de leur travail. Cela est possible en considérant et en respectant la singularité et les besoins spécifiques de chaque enfant, et en mettant en avant la solidarité et la coopération entre pairs. Les besoins d'expression de chaque enfant sont également pris en compte, dans le respect de leur droit d'être entendu.

Pour que l'enfant progresse dans ses apprentissages, tant scolaires que sociaux, il a besoin de l'accompagnement de l'adulte. Ainsi, le rôle des éducateurs est de favoriser chez les enfants la construction de leurs apprentissages cognitifs, organisationnels et communicationnels. Dès lors, il garantit le bon fonctionnement de la structure, par un partage équitable de sa disponibilité, du matériel et des ressources, favorisant ainsi des relations paisibles au sein du groupe. À cet effet, l'adulte encourage l'enfant à respecter les autres et à collaborer. Il discute avec les enfants de la constitution des groupes et de leurs règles, et pose un cadre clair favorisant la régulation du collectif.

3.1 La structure des DAC

Les devoirs accompagnés sont structurés de manière à laisser à l'enfant la possibilité de s'organiser, de se prendre en charge et de coopérer. La prestation se déroule en trois temps: installation de l'enfant, entrée dans l'activité et gestion de la tâche. Au cours de ces trois phases distinctes, l'autonomie de l'enfant peut évoluer de manière différenciée. Toutefois, les besoins spécifiques des enfants se doivent d'être respectés:

  • L'attention: en garantissant à l'enfant une disponibilité et une écoute;
  • La reconnaissance: en lui signifiant ses qualités et forces, mais aussi les points à travailler;
  • Le respect: en tenant compte de ses capacités;
  • L’accompagnement: en tenant compte de ses potentialités en le soutenant, l'encourageant et le complimentant;
  • La structuration: en lui fixant un cadre clair.

Durant la phase d'installation, l'enfant est amené à s'adapter au cadre établi. Tout comme dans les moments d'accueil, l'installation aux devoirs est un rituel, afin que l'enfant comprenne la structure et s'y ajuste. De plus, ce moment lui permet de se mettre dans de bonnes conditions de travail pour lui-même ainsi que pour le groupe, dans le respect de l'altérité. L'autonomie de l'enfant peut évoluer différemment selon que la possibilité lui est donnée de s'organiser, d'une part (l'enfant sort seul son agenda, l'ouvre au bon endroit et repère ses devoirs du jour). Pour ce faire, l'encadrant s'adaptera au niveau d'autonomie de l'enfant et l'accompagnera en conséquence. D'autre part, l'adulte laisse à l'enfant la possibilité de se «prendre en charge », en lui indiquant que c'est de sa propre initiative, qu'il peut au besoin solliciter le soutien de l'adulte.

La deuxième phase est l'entrée dans l'activité. Elle est envisagée comme la période durant laquelle l'enfant effectue, à proprement parler, ses devoirs. Dans le même ordre d'idée, l'autonomisation de l'enfant est encouragée au vu du fait que l'adulte lui laisse la possibilité de s'organiser. L'enfant fait le lien entre l'inscription dans l'agenda et le devoir du jour à réaliser. Il sort de lui-même le matériel nécessaire, lit la consigne de l'exercice et se met au travail. La possibilité de se «prendre en charge » lui est également laissée. Notamment dans le cas où un enfant rencontre une difficulté lorsqu'il effectue ses devoirs, il peut soit faire appel à ses ressources internes pour surmonter l'obstacle ou si cela n'y suffit pas ou qu'il n'a pas les ressources nécessaires, il peut solliciter un adulte.

Enfin, en ce qui concerne la gestion de ses devoirs, cette phase fait référence à la méthode de travail de l'enfant. Il peut s'agir, entre autres, de lire la consigne et de la reformuler avec ses mots. La finalité qui sous-tend cette phase est d'aider l'enfant à apprendre, en renforçant ses capacités métacognitives, qui lui permettent d'avancer dans ses apprentissages. La métacognition s'entend comme la représentation que l'enfant a de ses connaissances, et de la façon dont il peut les construire et les utiliser. Elle est indissociable de la connaissance de soi et de la confiance en soi. Tout l'enjeu ici est de rendre conscient l'enfant de ses compétences et de le valoriser. La verbalisation de la démarche, l'identification de la méthode, l'accomplissement d'une tâche jusqu'à son terme, la manifestation du plaisir et/ou l'identification des ressources/difficultés sont autant d'indicateurs qui permettent de viser le développement des compétences métacognitives. Cela est rendu manifeste par l'accompagnement de l'adulte d'une part, mais aussi par la coopération entre enfants durant les travaux menés en groupe. À ce propos, la constitution des sous-groupes est basée sur la libre adhésion de l'enfant. Ces moments coopératifs lui donnent l'opportunité de prendre un rôle actif dans le groupe, mais aussi de poursuivre des objectifs lui permettant de renforcer ses habiletés sociales. Il s'agit par exemple d'être reconnu en amenant ses compétences scolaires, exprimer son point de vue tout en tenant compte de celui des autres, s'ouvrir à recevoir le soutien de ses pairs et d'apporter son aide lorsqu'on est capable de le faire. Les enfants apprennent également à se comporter de manière adéquate afin de tenir compte du collectif, et surtout des enfants qui travaillent à proximité.

3.2. La communication aux parents

L'adulte référent communique aux parents les observations qui ont trait aux devoirs:

  • Observations sur les difficultés scolaires rencontrées
  • Devoirs non faits, non terminé ou oubli du matériel

Ce type de transmission est effectué par le biais de l'agenda (post-it) ou de vive voix. La communication directe au parent, devant l'enfant, présente l'avantage de construire sur la base de leur retour les futures pistes d'intervention, et de les en tenir informés.

Les communications à l'enseignant portent sur la clarté des consignes. Pour tout autre sujet, l'adulte référent discute d'abord avec les parents.

Le suivi des enfants inscrits aux devoirs accompagnés s'organise autour de la fiche de suivi individuel des DAC, et la grille d'objectifs. Ces deux outils favorisent chez l'enfant le développement de capacités transversales et d'aptitudes fondamentales au niveau individuel et social. Les finalités sont les suivantes: aider l'enfant à être autonome dans la construction de son savoir en l'aidant à s'organiser, se prendre en charge et coopérer. Pour ce faire, l'adulte fixe un cadre clair et sécurisant, et accompagne les enfants vers le développement de leurs compétences métacognitives.

3.3. La fiche de suivi individuel a communication aux parents

La fiche de suivi individuel (Annexe) est une grille mensuelle. Elle est remplie chaque jour par l'adulte référent. Elle est composée de quatre parties:

  1. En en-tête: informations sur l'enfant et période du suivi
  2. Jours de la semaine: un retour journalier du travail effectué
    a. L'adulte note sous ce travail effectué» uniquement les devoirs faits et entièrement terminé
    b. ll mentionne sous «travail non fait» uniquement les devoirs non faits ou à reprendre
  3. Remarques: Cette partie est prévue pour noter les observations sur l'enfant, ses besoins, des indicateurs sur son autonomie, au moins une fois toutes les deux semaines. D'autres observations liées au comportement de l'enfant ou de ses difficultés (apprentissage ou autre) sont également à décrire ici.
  4. Suivi objectif: les objectifs à fixer avec l'enfant ainsi que les moyens de les atteindre (se référer à l'outil «grilles d'objectifs»)

3.4. La grille d'objectifs

La grille d'objectifs a été élaborée pour suivre globalement l'autonomie de l'enfant et son évolution. Elle est remplie toutes les 4 à 6 semaines par l'adulte référent.

Elle est divisée en plusieurs parties:

  1. Installation: les objectifs qui figurent dans cette partie concernent le respect du cadre et de la structure. Ils sont prioritaires pour l'autonomie de l'enfant, c'est pourquoi l'adulte veille à ce qu'ils soient atteints rapidement.
  2. Entrée dans l'activité: les objectifs mentionnés ici ont pour but de situer l'enfant dans la gestion de tâches d'ordre scolaire
  3. Gestion: reformuler la consigne avec ses mots, identifier le but de l'exercice, aller au bout de la tâche
  4. Coopération: ces objectifs ont trait aux habiletés sociales (se joindre à un groupe, exprimer son point de vue, écouter ou aider ses camarades)
  5. Compétences métacognitives: les notions du plaisir, d'estime de soi, etc. sont également importantes pour aider l'enfant à développer ses capacités métacognitives
  6. En général: les objectifs énoncés ici ont trait à l'attitude générale de l'enfant (accepter l'aide, posture adéquate, patience, respect du cadre), permettant de faire une comparaison des observations à d'autres moments de la prestation (accueil, jeux, etc.)
  7. La partie «remarques» sert à ajouter d'autres éléments spécifiques à l'enfant

Sur la base de ses observations et des objectifs qui sont fixés avec l'enfant, l'adulte coche les énoncés pour lesquels l'enfant est autonome.

Il résume périodiquement les progrès réalisés par l'enfant sous la partie «suivi des objectifs», en fait part à l'enfant pour répondre à son besoin de reconnaissance et en informe ses parents.

< Page précédenteRetour au sommaire du programme pédagogique | Page suivante >

Image qui suit la souris